SOCIAL MEDIA

samedi 18 août 2018

mes dernières découvertes cosmétiques #2


On se retrouve pour la deuxième édition des découvertes cosmétiques ! Ce mois-ci j'ai eu plusieurs coups de cœur beauté, conséquences d'une commande sur un e-shop naturel et d'achats soldes en Angleterre et en France (rien que ça... je vous dis que je suis incorrigible).

lundi 13 août 2018

une journée d'été sur l'Île de Ons


En septembre dernier, je suis partie trois semaines en Galice, une région dans le nord ouest de l'Espagne. C'était un voyage organisé par mon université, obligatoire pour les étudiants en langues. Le voyage comprenait des cours de langues le matin dans l'université de Saint Jacques de Compostelle, l'une des plus vielles universités d'Espagne (elle a été fondée en 1495), et des excursions pour découvrir la région l'après midi et les week-ends. L'une de ses excursions donc, était une journée sur l'Île de Ons, sur la côte galicienne.


L'Île de Ons est une île qui fait partie du parc national des Îles Atlantiques de Galice. C'est une île qui a donc le statut de parc national en Espagne et est un espace protégé : c'est un des sites les plus importants en matière de flore et faune sauvage. Pour préserver cette nature, l'île n'est donc ouverte aux touristes qu'en période estivale. Pour la petite anecdote, si aujourd'hui 81 personnes y habitent à l'année, pendant plusieurs siècles l'île a été le repère de pirates espagnols !

Pour nous rendre sur l'île, nous avons emprunté un bateau qui part de Portonovo, l'un des cinqs ports de la province de Pontevedra qui offrent la traversée jusqu'à l'île. Cette dernière a duré une petite demi-heure, pas plus ! On débarque au village O Curro, là où est concentrée la population de l'île et les deux seuls restaurants qu'elle abrite. 


Parcourir l'Île


Les chemins de randonnée sont un des must-have à faire pour découvrir l'île ! Il en existe quatre : Ruta Sur, Ruta do Castelo, Ruta Norte, et Ruta del Faro.

Source : http://www.campingisladeons.com/en/sobre-el-camping/



Nous avons décidé d'emprunter l’itinéraire Sud (Ruta Sur). C'est le deuxième plus long chemin de randonnée, puisqu'il fait en tout 6,2 km, et dure minimum 2 heures et demi, aller-retour. 

L'itinéraire sud commence à partir du village d'O Curro. On remonte l'île, en passant par plusieurs de ses plages, et on atteint le mirador de Fedorentos, la fin d'un sentier qui permet d'avoir une vue panoramique sur les autres îles du parc national. On repart direction le Buraco de Inferno, qui est une caverne dans la mer qui a une ouverture en forme de gros trou dans la roche. Comme son nom l'indique, la légende dit que cette caverne est l'entrée vers l'enfer et qu'on entend les âmes se lamenter alors qu'elles vagabondent entre les deux mondes... J'étais tellement fascinée par ce que la guide nous expliquait que j'ai complètement oublié de faire des photos de cet endroit !

Cette randonnée ne nous a malheureusement pas permis de voir le phare de l'île, mais les paysages sont à couper le souffle.

Vue depuis le mirador de Fedorentos

J'ai vraiment adoré notre passage sur l'île. Même moi qui ne suis pas une férue de sport, j'ai adoré la randonnée, les chemins n'étaient pas forcément compliqués à suivre (à part une côte qui était un peu dure... mais comme vous le constatez, j'ai survécu !). La guide nous a expliqué beaucoup de choses sur l'île et son histoire lorsque nous faisions des pauses sur le chemin, c'était super intéressant ! Les paysages étaient vraiment magnifiques et je ne me lassais pas de les contempler lors de nos arrêts.

Nous y sommes allés début septembre et la météo était très clémente : grand soleil et 25°C au compteur ! Malgré un t-shirt assez couvrant, j'ai quand même attrapé un vilain coup de soleil sur les épaules et le haut de mon dos, il faut bien se tartiner de crème solaire même en Galice - réputée pour être la Bretagne de l'Espagne !

Galice est une région que j'ai adoré visité, et j'aimerai beaucoup y retourner un jour, voire même repasser par l'île pour faire une autre randonnée, en suivant l'itinéraire Nord cette fois pour voir le phare et admirer encore et encore ces beaux paysages !
_____

Et vous, connaissez-vous l'Île de Ons ? xx



jeudi 9 août 2018

mon maquillage du moment / cruelty-free (et presque végane)


 J'adore me maquiller. C'est un fait, je me maquille depuis des années et depuis mes premiers pas jusqu'à maintenant, j'ai toujours adoré jouer avec le maquillage. Même si au début, je le faisais plus par nécessité que par réelle passion, je l'avoue (je détestais ma peau, j'étais mal à l'aise, j'avais de l'acné à cacher, bref, la joie), aujourd'hui c'est devenu un réel moment de plaisir, m’asseoir face au miroir et appliquer des couches de fond de teint et de fards à paupières.

vendredi 3 août 2018

souvenirs du mois de juillet 2018


Je me lance dans un nouveau genre de billets papotages aujourd'hui. Ça fait quelques temps qu'écrire des articles retraçant ce que j'ai fait chaque mois me trotte dans la tête, d'abord parce qu'il se trouve que j'adore parler et raconter ma vie - je suis une vraie pipelette en personne ! -, mais aussi parce que c'est une bonne façon de partager des choses auxquelles je ne me verrai pas dédier un article complet ; et enfin car je suis une personne très nostalgique et que ce sera une bonne façon pour moi de documenter mes mois, et de revenir les consulter lorsque l'envie m'en prend !



mardi 31 juillet 2018

passer aux déodorants naturels / le bilan après trois ans


Après être passée au naturel pour mes cheveux, la deuxième chose à laquelle je me suis intéressée lorsque j'ai commencé à me tourner vers la cosmétique naturelle a été les déodorants. Je pense que je ne vous apprends rien, depuis des années, de grosses polémiques entourent les déodorants conventionnels : on nous explique à toutes les sauces l'impact qu'utiliser ces déos ont sur notre santé, notamment le lien entre les sels d'aluminium et le cancer du sein, la dangerosité de bloquer la transpiration, etc. Deux raisons ont fait que je me suis intéressée aux déodorants naturels : comme beaucoup de gens, j'ai pris peur face aux conséquences de déos "normaux" sur notre santé ; mais j'ai également vu un réel boom des alternatives naturelles. Il devenait de plus en plus facile de se procurer des déodorants naturels en pharmacie grâce à des marques pionnières comme Lavera ou Weleda, par exemple, et en ligne sur des e-shops éthiques.