SOCIAL MEDIA

dimanche 15 avril 2018

#histoiresexpatriées 6 / ce que j'aurai aimé savoir avant de partir


Pour ma deuxième participation et la sixième édition des #HistoiresExpatriées, créé par Lucie, expatriée à Venise, on va parler de ces choses que j'aurai aimé savoir, ou que l'on me dise, avant que j'aille m'installer en Angleterre il y a deux ans.


Ne pas ressentir le mal du pays ne fait pas de toi une personne sans cœur

Le titre peut sembler un peu brutal, mais c'est une réalité ! Avoir le mal du pays et de sa famille est quelque chose de normal que beaucoup d'expats' ressentent à un moment ou à un autre de leur vie à l'étranger. Certains ont un coup de blues dès la première semaine et rentrent fréquemment chez eux, quand d'autres peuvent tenir des mois sans retourner dans leur pays d'origine. Pour l'avoir vécu, j'aimerai normaliser le fait que parfois, on peut ne pas ressentir cette sensation de homesickness. Personnellement, je me suis très vite adaptée à ma nouvelle vie en Angleterre et même si ma famille me manque beaucoup, je ne ressens jamais un besoin viscéral de "rentrer chez moi", et de retrouver mes habitudes en France. Je me suis sentie coupable d'avoir ce sentiment là, et je sais que ma famille parfois m'en veut aussi de ne pas avoir le mal du pays et de ne pas rentrer plus souvent. Mais je me sens bien en Angleterre, j'ai la sensation d'y avoir trouvé ma place et même si la France restera toujours mon premier chez moi, je suis bien là où je suis à présent. En bref, ne vous sentez pas coupable de pas ressentir le besoin de retourner dans votre pays natal plus souvent, mais ne vous en voulez pas non plus de mal supporter la séparation avec votre famille ou le choc culturel !

Si tu veux emporter ta maison dans ta valise, emporte la !

Cela va paraître un peu contradictoire par rapport à mon point précédent, mais j'ai beaucoup entendu ce conseil de la part de certaines amies déjà expatriées: pack light, pas la peine d'emmener des tonnes de choses que tu peux acheter sur place (vêtements, accessoires cuisine/salle de bain, etc.). Je ne suis pas vraiment d'accord avec ce conseil. Emporter sa maison avec soi n'est pas forcément une mauvaise chose : certes, ce n'est pas très pratique de voyager avec trois valises pleines à craquer mais ça permet justement, à mon sens, de retarder le mal du pays ou le manque de ses proches, en emportant des choses peut-être inutiles ou remplaçables mais qui nous rappelle notre famille. Moi par exemple, j'ai emporté quelques vêtements qui appartenaient à ma mère, une grosse couverture doudou que ma grand mère m'avait acheté et beaucoup de mes livres préférés que je n'allais pas forcément lire (et qui pesaient une tonne dans quatre cartons), et des ustensiles de cuisine qui appartenaient à mes parents. C'était réconfortant de savoir que j'avais ces petites choses à portée de main qui me rappelait mon chez moi français et ma famille. Et emmener sa maison réduit la peur de l'inconnu !

Je ne parlais pas anglais avant de venir habiter en Angleterre

(Bon, évidemment, changez la langue en fonction de votre pays d'accueil) J'exagère, mais il y a quand même un fond de vérité ! Lorsque j'ai déménagé en Angleterre, malgré mes heures passées devant l'ordinateur à regarder des séries anglaises et américaines, je parlais un anglais très "basique" dans le sens où j'avais un vocabulaire assez général. Depuis que j'ai déménagé ici, je parle un anglais d'anglais : tout mon vocabulaire potentiellement américain a été oublié, et, chose encore plus révélatrice, j'utilise de l'argot british. Au hasard, take the mickey/piss, do my head in, to be pissed, knobhead, ta... autant d'expressions que je n'aurai jamais employées si je n'étais pas venue habiter en Angleterre ! 

Les habitudes ont la vie dure

Ça aussi, ça dépendra vraiment des différences entre votre pays d'accueil et votre pays natal. Pour ma part, déménager en Angleterre n'a pas été un vrai choc culturel mais il a fallu que je revois mes habitudes bien françaises : chercher des yeux des boulangeries dans la rue, me rappeler de regarder à droite puis à gauche avant de traverser et pas l'inverse, me rappeler que la machine à laver est dans la cuisine et les toilettes dans la salle de bain, que ça ne servait à rien de chercher des volets dans ma chambre, que je ne dînerai jamais avec mes colocs parce que chez eux on dîne à 18h et pas 19h30 (quoique maintenant, moi aussi j'ai pris le pli !). Il a fallu que je me mette en tête de nouvelles habitudes et ça n'a pas toujours été facile (parfois encore je regarde les côtés de la route dans le mauvais ordre...).


En bref, je pense que ces choses que j'aurai aimé savoir avant de partir me sont très propres et ne s'appliquent pas forcément à tout le monde. Je pense notamment à mon premier point (je ne suis pas sûre d'avoir exprimé clairement mon ressenti par rapport au mal du pays) : je ne ressens pas le mal du pays facilement peu importe où je vais et c'est souvent mal interprété. Mais malgré toutes ces anecdotes, une chose est sûre : je n'ai jamais regretté d'être partie !

____

Et vous, êtes-vous expatriés ? Qu'auriez-vous aimé savoir avant de partir ?


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire